WP_20160708_003

56°C, c’est le chiffre qu’indiquait mon thermomètre resté sur la table de semis dans la serre à plants à 13h30. Autant vous dire que sous tunnel, les légumes ne poussent pas, les tomates ne mûrissent pas, tout ce petit monde tente seulement de survivre. Pendant ce temps, réfugiée derrière mes volets, je prépare mon départ de l’espace-test vers mon lieu d’installation, toujours en Maine-et-Loire, à Longué-Jumelles. Une année de pré-installation avec formations et stage, travail sur mon projet, construction du réseau, grâce au stage paysan créatif de la CIAP 49.

Sur mon terrain, arrosages, récoltes et désherbages lorsque le temps permet (ces jours-ci, tôt le matin et tard le soir). Cela me laisse du temps pour gérer les travaux de notre future maison et commencer à contacter des personnes qui pourront m’aider à Longué : lieu de stage, recherche de tunnels etc. Cartons et déménagement (de la maison et du terrain !) nous attendent à la fin de l’été. Bref, de quoi s’occuper et c’est tant mieux.

Pour vendre mes légumes durant l’été, je propose toujours mes paniers à la commande avec plusieurs livraisons possibles dont le camping de Durtal où j’ai mis une affichette. Bide pour l’instant. Il y a également la Biocoop de la Flèche à qui je vais livrer cette semaine, tomates, concombres et tomates cerise.

Dans la rubrique petits tracas du maraîcher, je fais face à la nécrose apicale appelée aussi « cul noir » : un problème d’assimilation du calcium par la plante et sans doute de régularité de l’arrosage. Ce sont mes andines cornues et coeur de boeuf les plus touchées.

WP_20160703_001

Bonne semaine,

Fleur

Publicités