WP_20160728_001

Certains matins, le cœur n’y est pas. Fatigue, mauvaise nouvelle, doutes plombent ma motivation. Mais comment ne pas retrouver le moral devant de telles couleurs ? Alors que je récolte les tomates, les parfums me chatouillent : le basilic envoûtant ou les tagètes (œillets d’Inde) à l’odeur citronnée. Je suis émerveillée de ce que la nature me donne, le cageot se remplit de formes et de couleurs incroyables. Je me sens plus sereine, reconnaissante et joyeuse.

Et quand je rentre déjeuner à la maison, je me prépare une assiette toute simple mais qui met encore tous mes sens en éveil…

WP_20160728_002

La livraison préparée pour la Biocoop de La Flèche ne démérite pas non plus, côté couleurs! J’espère que les clients apprécient autant que moi mes légumes… C’est évidemment un peu frustrant de ne pas avoir de retour direct.

WP_20160723_002

Alors quoi de mieux qu’une vente à la ferme improvisée, avec une table et ma balance pour échanger avec Nathalie et Jeannine? Merci à cette dernière pour ses photos.

 

 

Et à la fin de la semaine, une vente inédite de quelques paniers sur mon futur lieu d’installation près de Longué (merci  Dominique) ! Je dois bien avoir cueilli 35 ou 40kg de tomates, je ne suis pas peu fière. Profitons-en, le mildiou s’installe insidieusement sur les feuillages, j’ai tenté à nouveau une pulvérisation de bicarbonate + décoction de prêle hier soir. Je dois d’ailleurs récolter une première planche de pommes de terre fauchée par le mildiou, suspense pour la semaine prochaine.

Pour finir, une petite mise en garde : méfiez-vous des contrefaçons ! Nous avons besoin de tous nos sens pour goûter aux fruits de la nature… La vue attrayante de tomates sur leur lit de paille dans un joli panier « en plastique d’osier » pourrait nous faire tomber dans le panneau. Les industriels se sont engouffrés sur le marché de la tomate dite « ancienne » en développant des variétés avec l’aspect de l’ancien et les qualités du moderne : imputrescible, sans goût, pleine de flotte et de pesticides…

WP_20160720_002
Ceci n’est pas une tomate mais de l’eau polluée à 4,95€/kg

Je précise en passant que je vends mes tomates à 3,50€/kg…

Bonne semaine !

A venir bientôt un article en dehors du jardin pour faire un tour au supermarché… et dans ma salle de bains.

Fleur

 

Publicités