Cette semaine, malgré un sol très imbibé, j’ai pu bâcher le premier tunnel. Difficile de savoir comment s’y prendre quand on débute. J’ai bien sûr bénéficié de conseils précieux du maraîcher qui encadre l’espace-test (je reviendrai sur ce concept dans un prochain article). Mais cela a pris beaucoup plus de temps que je ne le pensais. Je voudrais résumer ici les différentes étapes et erreurs commises pour les éviter à d’autres.

Nous avons trouvé dans la région un tunnel d’occasion de 76m de long et de 6m de large  avec pour idée de le monter en 2 tunnels. Nous avions de la bâche de récupération pour la première serre mais pas pour la deuxième. Chacune aura un montage différent.

Le premier tunnel : j’ai creusé moi-même les tranchées avec l’aide de gentils volontaires de passage. Il a fallu faire les marquages en veillant à dessiner au sol un vrai rectangle avec des angles droits (un petit peu de théorème de Pythagore). Pour cela, j’ai acheté une bombe de marquage mais utiliser de la chaux par exemple serait moins onéreux si tant est que l’on est sûr de creuser dans la foulée. Un voisin agriculteur m’a prêté une petite charrue à un soc qui s’attelait à un cheval. Mal accrochée à un petit tracteur, nous n’avons pas réussi à lui faire faire un sillon de plus de 20 cm. C’est déjà ça.
WP_20151015_002De cette expérience, je tire une première leçon : faire en sorte que le chantier dure le moins longtemps possible. Une fois que les tranchées sont commencées, la pluie aura vite fait de les remplir. Il est donc important de bien préparer le chantier en amont. Par exemple, avoir fait les démarches auprès de la mairie en déposant une déclaration de travaux (délai de réponse 1 mois)… Avoir bien identifier la nature de son sol : est-il nécessaire d’intégrer un drain dans les tranchées pour évacuer l’eau qui dégoulinera des bâches ? Et même si ce drain n’est pas nécessaire (sol drainant), il peut être intéressant d’envisager un système de récupération des eaux de pluie. Vous ne pourrez alors pas vous passer des services d’une mini-pelle pour creuser la réserve qui va avec… Dans mon cas, il s’est passé 3 mois entre le passage du soc et la pose de la bâche et du rebouchage des tranchées. 3 mois à creuser, recreuser et évacuer l’eau. Beaucoup, beaucoup trop long… surtout sur un terrain argileux.

Nous avons choisi d’enterrer la bâche car comme nous en avions récupéré plusieurs morceaux, elle ne pouvait être poser qu’en pan.

Sur ce type de tunnel, la bâche peut aussi être maintenue à l’aide de drisses tendues de part et d’autre de chaque arceau. Ici, en plus d’enterrer la bâche (à 20cm des pieds, la terre ajoutée contre la bâche aidera à la tendre), nous avons utilisé des fils de polyester tendus dans la longueur pour éviter les poches d’eau. Chaque pan de bâche est placé à terre d’un côté de la serre puis monter un par un avec 50 cm de superposition (qui seront écartés pour l’aération) et bloqué avec de la terre. En tirant, nous la tendons petit à petit. Il ne « reste » plus qu’à reboucher les tranchées avec de la terre, puis en repliant ce qui dépasse de bâche et le recouvrir à nouveau. Nous utilisons les portes pour ce tunnel et avons acheté un système à enroulement pour le 2è. Pour celui-ci, j’attends la venue d’une mini-pelle pour creuser les tranchées si la météo est suffisamment clémente pour que le sol sèche un peu. La bâche est neuve et sera posée dans la longueur avec drisses. L’aération se fait en remontant la bâche. Je n’aurai pas 3 mois pour la poser, j’espère mieux m’organiser et rencontrer moins d’obstacles.

Publicités